Bujumbura (Burundi), lundi 10 décembre 2018

NEWS - MINISTRY OF FINANCES

DISCOURS D’OUVERTURE DE L’ATELIER DE RESTITUTION DES RECOMMANDATIONS ET OBSERVATIONS DES ATELIERS PROVINCIAUX DE DISSEMINATION DE LA LOI DE FINANCES 2016 PAR SON EXCELLENCE Dr DOMITIEN NDIHOKUBWAYO, MINISTRE DES FINANCES, DU BUDGET ET DE LA PRIVATISATION

Dans le cadre de la poursuite de la mise en oeuvre des réformes de gestion des finances publiques, le Ministère des finances, du Budget et de la privatisation a procédé à la dissémination de la Loi des Finances 2016 dans toutes les Provinces au cours du premier trimestre 2016. A cet effet, il a été émis des recommandations et observations pour l'amélioration de l'activité prochaine. L'objectif de cette activité était d'expliquer à la population comment le Gouvernement fait l'élaboration d'une Loi de Finances et sensibiliser la population sur le civisme fiscal. De plus , cette activité s'inscrit dans le cadre de renforcer la transparence budgétaire et approfondir la communication entre le Gouvernement et le citoyen burundais au sujet de la bonne gestion des finances publiques.

Etaient conviés à ces ateliers les Gouverneurs de Provinces, les conseillers Economiques des Provinces, les Administrateurs Communaux, les Comptables communaux, deux membres du Conseil Communal, un Représentant de la Société Civile et un Représentant du Secteur Privé pour qu'à leur tour, ils puissent informer la population sur la manière de la préparation d'une Loi de Finances et son exécution.

Voici en intégralité le discours d'ouverture prononcé à cette occasion par Son excellence le Ministre des Finances, du Budget et de la Privatisation

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Monsieur le Représentant Résident du Fond Monétaire International,

Monsieur le Représentant de la Banque Mondiale,

Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs et Consulats,

Mesdames, Messieurs les Représentants des Agences des Nations-Unies,

Mesdames, Messieurs les Secrétaires Permanents,

Mesdames, Messieurs les Gouverneurs de Provinces,

Mesdames, Messieurs les Conseillers des Gouverneurs,

Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux;

Mesdames Messieurs les Directeurs,

Monsieur le Secrétaire Exécutif de l’ABELO,

 

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs

 

J’ai l’honneur de procéder ce matin à l’ouverture de l’atelier de restitution des recommandations et observations des ateliers provinciaux de dissémination de la Loi de Finances 2016.

 

Qu’il me soit d’abord permis de vous souhaiter la bienvenue et de vous remercier d’avoir répondu nombreux à notre invitation

 

En effet, le Gouvernement du Burundi a entrepris un vaste chantier de réformes de gestion des finances publiques. Ces réformes trouvent son cadre légal dans la Loi organique n°1/35 du 04 décembre 2008 relative aux Finances Publiques et des textes subséquents  (notamment le Décret sur la Gouvernance Budgétaire du 24 juillet 2012 et le Décret n°100/255 du 18 novembre 2011 portant Règlement Général de Gestion des Budgets Publics, etc.). L’élaboration de ce cadre a été faite par les experts du Fonds Monétaire International (FMI) en collaboration avec les cadres nationaux et les autres partenaires en vue de soutenir le développement de notre pays.

 

Parmi ces réformes figure la transparence budgétaire au niveau de la préparation du budget de l’Etat et son exécution. Dans la mise en œuvre de cette réforme, le Gouvernement du Burundi en collaboration avec la Banque Mondiale ont mis en œuvre le « budget citoyen » appelé en kirundi « Amakori ntanga akoriki, aja hehe? » depuis l’année 2013. Pour cette année en cours, nous en sommes à la 4è année édition pour cette activité. Dans la matrice des conditionnalités développées par la Banque Mondiale pour le décaissement des appuis budgétaires, le budget citoyen est un élément des composantes de cette matrice.

 

L’objectif du budget citoyen est d’expliquer à la population comment le Gouvernement fait l’élaboration d’une Loi de Finances et sensibiliser la population sur le civisme fiscal. Ainsi, lorsque les impôts et taxes sont importants, les projets de développement trouvent des financements plus importants et ainsi la population en reçoit des retombées positives en l’occurrence l’amélioration de son bien-être. Ainsi donc, le Gouvernement s’est engagé à travailler dans la transparence, la communication mais également l’éducation du Peuple Burundais en vue de l’amener à s’approprier tout le processus conduisant à la confection du budget national du pays.

 

Le budget citoyen est donc adressé aux Gouverneurs de Province, Administrateurs Communaux, Comptables Communaux, Membres des Conseils Communaux, Représentants de la Société Civile et Représentants du Secteur Privé pour qu’à leur tour ils puissent nous aider à sensibiliser toute la population sur le devoir  de compréhension de payer les taxes et impôts et de savoir les outils de gestion des Finances Publiques.

 

La réalisation de cette activité est faite conjointement par le Ministère des Finances, du Budget et de la Privatisation, de l’Institut du Développement Economique et le Fonds National d’Investissement Communal.

 

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique de Décentralisation, le Gouvernement s’est engagé à accorder une enveloppe budgétaire de 500 millions de FBU par Commune en vue de réaliser les projets de développement contenus dans les Projets Communaux de Développement Communautaire (PCDC).

Il s’agit des projets qui concourent au développement économique des Communes en rapport avec les constructions des routes intercommunales, les projets d’adduction d’eau potable dans les communes, les projets d’électrification en milieu rural, les projets de construction des écoles primaires et secondaires, les projets de construction des Centres de Santé et des Hôpitaux, etc.

 

En conséquence, la population pourra contribuer à un meilleur suivi de l’efficacité des budgets lui destinés dans la Loi de Finances. C’est pourquoi la population et les élus locaux doivent veiller à une meilleure efficacité de ces budgets afin qu’il n’y ait pas de détournement ou de mauvais usage; d’où la vigilance responsable de la population bénéficiaire de ces budgets.

 

De même, le Gouvernement a pris des mesures tendant à une meilleure gestion des Finances Publiques en mettant l’accent sur la transparence, le contrôle, la maîtrise des dépenses courantes et une meilleure gestion des marchés publics.

 

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

 

L’objectif de cet atelier est vous présenter la synthèse des recommandations et observations des ateliers provinciaux de dissémination de la loi de Finances 2016. Il s’agit de : (i) Continuer le processus de renforcement des capacités des administratifs à la base et des élus locaux sur la décentralisation; (ii) Disponibiliser un expert conseil du FONIC par province pour bien appuyer les communes dans l’élaboration des dossiers relatifs à  leurs projets d’investissement communal ; (iii) Organiser des occasions de renforcement des capacités à l’endroit des comptables communaux ; (iv) Augmenter les ressources humaines (et déclarants) de l’OBR au niveau des provinces  et faire l’évaluation des performances des acteurs économiques (Commerçants) ; (v) Regrouper les communes ou les provinces ayant les potentialités identiques pour ne pas éparpiller les efforts du gouvernement dans ses programmes de développement ; etc.

Par la présente, vous comprendrez que les efforts à mener dans la mise en œuvre de la politique de décentralisation sont plus importants. Notre perspective est que la Loi de Finances des années à venir intègre le budget des collectivités locales regroupant toutes les activités des divers secteurs.  

Nous vous sollicitons donc un appui technico financier pour la mise en œuvre de toutes ces recommandations ci hautes citées par les autorités locales qui sont souvent soulevées par la population. Ceci pourra aider donc à accélérer le processus de la décentralisation en cours de mise en œuvre.

Nous demandons aux Agences des Nations unies et aux autres Partenaires Techniques et Financiers pour continuer à appuyer notre communauté pour lutter contre la pauvreté.

 

Distingués invités,

Mesdames, Messieurs,

 

Vous êtes donc sollicités pour réfléchir ensemble sur la manière dont les recommandations et observations formulées lors des ateliers provinciaux de dissémination de la loi de Finances 2016 seront donc mises en œuvre.

Vos contributions vont sans nul doute permettre de gravir un palier supplémentaire dans la mise en œuvre desdites recommandations.

 

C’est sur ces mots que je déclare ouvert l’atelier de restitution des recommandations et observations des ateliers provinciaux de dissémination de la Loi de Finances 2016.

 

 

 Je vous remercie.