Bujumbura (Burundi), lundi 10 décembre 2018

NEWS - MINISTRY OF FINANCES

Ouverture du 3ème Congrès de l’Ordre des Professionnels Comptables du Burundi

Le Mercredi 28/11/2018, l’Assistant du Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération au Développement Economique a procédé à l’ouverture du 3ème Congrès de l’Ordre des Professionnels Comptables du Burundi qui se déroule du 28-30 novembre 2018 à l’Hôtel Royal Palace à Bujumbura, sous le thème ʺLa Comptabilité au Service de la Fiscalité et de l’Economie. ʺ

 

Projet d’Appui à l’Amélioration des Apprentissages en Début de Scolarité (PAADESCO-Shishikara)

REPUBLIQUE DU BURUNDI

Ministère de l’Education, de la Formation Technique et Professionnelle

Projet d’Appui à l’Amélioration des Apprentissages en Début de Scolarité (PAADESCO-Shishikara)

Avance de Préparation du Projet N° IDA-V1680

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D’INTERET

N° de référence selon le PPM: N°A10100/PAADESCO/2018

Services de Consultant : Recrutement d’un consultant chargé d’appuyer la cellule de communication pour l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de communication.

No de l’accord : IDA-V1680

N° d’identification du Projet : P161600

  1. 1.       La République du Burundi a obtenu de l’Association Internationale de Développement (IDA) une avance d’un montant équivalant à 2 500 000 Dollars des Etats-Unis à titre de fonds de préparation (PPA) du Projet d’Appui à l’Amélioration des Apprentissages en Début de Scolarité (PAADESCO-Shishikara) et a l'intention d’utiliser une partie du montant de cette avance pour effectuer les paiements au  titre du contrat suivant : consultant chargé d’appuyer la Cellule de communication pour l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de communication.
  1. 2.       Le Consultant sera chargé entre autres de :

Renforcer les capacités en communication de la cellule de communication et des différents points focaux identifiés dans le ministère, avec les différents modules pertinents pour la mission dont les principaux sont :

  1.    Identification des principaux acteurs et des différents moyens pour les atteindre – Identifier des personnes qui peuvent être des champions pour les réformes soutenues par le projet
  2.   Différents types de communication déployés par une organisation publique ;
  3.  Différentes étapes pour élaborer une stratégie de communication en rapport avec une réforme publique ;      4.  La définition des objectifs de communication, l’identification des cibles, la formulation des messages simples et efficaces ;                                                                                                                                                                   5.  Les outils/canaux de communication appropriés.

 Elaborer une stratégie de communication globale avec une approche cohérente et intégrée de la communication et de la sensibilisation autour de l’enseignement fondamental sur base participative avec tous les points focaux pour les différentes composantes du projet La stratégie devra être concise et éviter trop de texte. Elle doit s’articuler autour de trois grands axes :

a) L’axe « communication interne » qui doit assurer que les acteurs directs et indirects de la mise en œuvre du projet soient au même niveau d’information ;

b) L’axe « communication en appui aux composantes » pour mobiliser les bénéficiaires pour leur participation active à la mise en œuvre du projet ; et

c) L’axe « communication externe » pour assurer une bonne visibilité au projet.

 Elaborer un plan opérationnel du plan de communication qui déroule l’opérationnalisation de la stratégie avec un budget et une définition des résultats attendus et un plan de suivi ;

  Elaborer des messages ciblés et identifier des canaux de communication/médias appropriés pour faire passer ces messages ;

  Accompagner toutes les étapes-clés dans l’exécution des activités du Projet avec des messages de sensibilisation clés et des outils efficaces : Lancement du projet, Campagnes BTS, formation des enseignants, des directeurs et des CGEs et le maintien des infrastructures scolaires ;

  Elaborer un plan de suivi/évaluation de la stratégie de la communication en articulation avec le cadre de suivi du projet ;

  Réajuster la stratégie de communication et son plan opérationnel de communication au regard des activités de communication réalisées après la première année de mise en œuvre du Projet.

  1. 3.       Le Projet d’Appui à l’Amélioration des Apprentissages en Début de Scolarité (PAADESCO-Shishikara) invite maintenant les candidats éligibles (« Consultants Individuels ») à manifester leur intérêt à fournir les Services indiqués ci-dessus.
  1. 4.       Les Consultants intéressés doivent fournir des informations démontrant qu'ils possèdent les qualifications requises et l'expérience pertinente pour exécuter les Services.

La mission sera réalisée par un consultant individuel local répondant aux qualifications et critères minimums ci-après :

Avoir un diplôme d’études universitaires (Bac+4 ans minimum) en communication sociale, communication pour le développement, sociologie ou tout autre diplôme équivalent ;

Avoir une expérience d’au moins trois ans dans le domaine de la communication pour le changement de comportement serait un atout ;

Avoir réalisé avec succès au moins une mission similaire à la présente consultation ;

Avoir une excellente capacité de rédaction en Français et en Kirundi;

Avoir une bonne capacité de synthèse ;                                                                                                                                  Avoir une aptitude à travailler en équipe.

  1. 5.       Durée de la Consultance : en tenant compte de la pertinence de la communication sur le projet, la durée de la consultance est de 365 homme/jour.
  1. 6.       L'attention des Consultants intéressés est attirée sur la Section III, paragraphes 3.14, 3.16 et 3.17 du Règlement de Passation des Marchés des Emprunteurs IPF de la Banque Mondiale, édition de Juillet 2016, exposant la politique de la Banque mondiale en matière de conflits d'intérêts et sur l’Annexe IV en matière de Fraude et Corruption.
  1. 7.       Un consultant sera sélectionné conformément à la méthode de Sélection de Consultants Individuels par mise en concurrence ouverte énoncée dans le Règlement de Passation des Marchés.
  1. 8.       Les Consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires à l’adresse ci-dessous du Lundi à Jeudi de 8 heures à 12 heures et de 14 heures à 17 heures et les Vendredi de 8h à 12 heures (heures locales). Les Termes de Référence de la mission pourront être retirés ou envoyés à ceux qui en feront la demande par email aux adresses mentionnées ci-dessous ou peuvent être consultés sur le site du PRCIEG : www.prcieg.bi.
  1. 9.       Les manifestations d’intérêt écrites (une lettre de motivation, un curriculum vitae, des copies certifiées conformes à l’original des diplômes et certificats, lettres de recommandation ou tous autres documents qui étayent les états de service et accomplissements du candidat) doivent être déposées à l’adresse ci-dessous en personne, par courrier électronique ou par courrier physique au plus tard le 10/12/2018 à 10 heure locale avec mention :

A l’Attention de Monsieur le Coordonnateur du PRCIEG/Chargé de la préparation du PAADESCO – Shishikara :

« REPONSE A L’AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D'INTERET N°A10100/PAADESCO/2018 POUR LE RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT CHARGE D’APPUYER LA CELLULE DE COMMUNICATION POUR L’ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE D’UNE STRATEGIE DE COMMUNICATION »

 

 

3 signatures de prêt entre le Gouvernement du Burundi, la BADEA et le FSD

Ce lundi 26 novembre, son Excellence Monsieur le  Ministre des Finances, du Budget et de la Coopération au Développement Economique a procédé à 3 signatures de prêts notamment :

-signature d’Accord de prêt au nom du FSD relatif au Financement du projet de réhabilitation et de l’Elargissement de la RN3

-Signature d’Accord de prêt au nom de la BADEA relatif au Financement du projet de réhabilitation et de l’Elargissement de la RN3 (Rumonge-Nyanza Lac )

-Signature d’Accord de prêt relatif au Financement du projet de construction et d’équipement de l’Institut Supérieur de l’Enseignement Technique

Le 30 novembre 2018 à Roca Golf Hotel, lancement officiel du Projet « EU-EAC Market Access Upgrade Project, Burundi » en sigle « EU-EAC MARKUP, Burundi » par Madame Marie Salomé NDABAHARIYE, Secrétaire Permanent du Ministère des Finances, du Budget et de

Le 30 novembre 2018 à Roca Golf Hotel, lancement officiel du Projet « EU-EAC Market Access Upgrade Project, Burundi » en sigle « EU-EAC MARKUP, Burundi » par Madame Marie Salomé NDABAHARIYE,  Secrétaire Permanent du Ministère des Finances, du Budget et de la Coopération au Développement Economique, Monsieur BONZEMBA Franck Ekuku Lofemo, Senior Trade Promotion Officer et membre de la Délégation du Centre de Commerce International et Monsieur l’Ambassadeur Wolfram VETTER, Responsable de la Délégation de l’Union Européenne accréditée au Burundi.

 

 

ETATS GENERAUX DE L’ASSURANCE AU BURUNDI, 1ère EDITION

ETATS GENERAUX DE L’ASSURANCE AU BURUNDI, 1ère EDITION

Sous le Haut Patronage de Son Excellence le 2ème Vice-Président de la République Dr. Joseph Butore, en compagnie du Ministre des Finances et de la Coopération au Développement Dr. Domitien Ndihokubwayo, l’Association des Assureurs du Burundi (ASSUR) a organisé la première édition des Etats Généraux de l’assurance au Burundi qui se tiennent du jeudi 15 au vendredi 16 novembre 2018 à l’Hôtel Ruhuka de Buye en province Ngozi.                                                                                                                                                                                  Le thème choisi pour cette année est « Les assureurs pour le développement intégral du pays. »
Son Excellence le 2ème Vice-président de la République a, dans son discours d’ouverture, indiqué que le Gouvernement du Burundi est conscient du rôle prépondérant que jouent les entreprises d'assurance dans le développement de l'économie nationale. Il est également conscient des différents défis et contraintes auxquels fait face l'industrie d'assurance. A cet effet, le 2ème Vice-président a réitéré aux assureurs la volonté du Gouvernement burundais à ne ménager aucun effort pour combattre le non-respect du code des assurances du Burundi.                                                                                                                                                                                       Toutefois, le Dr. Joseph Butore a rappelé que le règlement des sinistrés reste le principal engagement de l'assureur. « Vous devez vous acquitter de ce noble devoir de payer rapidement les sinistrés car le paiement rapide des sinistrés est le meilleur moyen d'appel inculquant le réflexe d’assurer au sein de la population », a insisté Joseph Butore.
Le Ministre en charge des Finances et de la Coopération au Développement, le Dr. Domitien Ndihokubwayo, a, à son tour, exhorté les entreprises d'assurances à mériter la confiance placée en elles par les preneurs d'assurance. Il leur a rappelé que le rôle des assurances est de protéger les assurés contre les aléas de la vie quotidienne et professionnelle.                                                                                                                                                 Pour faire face à leurs engagements, Son Excellence le ministre en charge des Finances a demandé aux assureurs de travailler avec professionnalisme et de s’atteler davantage au respect de la loi et aux meilleures pratiques d'assurance en consacrant plus d'efforts aux stratégies visant à l'accélération de la cadence de règlement des sinistrés mais également à renforcer la solvabilité des entreprises.

« Le traitement diligent des sinistrés comme principal engagement des assurances envers les assurés est le gage de confiance et d'appel à une souscription massive de l'assurance avec pour corollaire, le développement de l'industrie d'assurance », a rappelé avec insistance le Dr. Domitien Ndihokubwayo.

Selon la représentante de l'ASSUR, Madame Trinitas Girikwishaka, les objectifs des États généraux de l'assurance au Burundi sont notamment :

-  analyser ensemble les défis et les contraintes auxquels fait face l'industrie d'assurance et les voies et moyens pour y remédier ;

-     Sensibiliser la communauté sur l'intérêt et le rôle des assureurs dans le développement économique du pays ;

-  promouvoir en commun les atouts et les opportunités que présente pour chaque partenaire de l’industrie des assurances au Burundi ;

-  arrêter ensemble les stratégies et les actions concrètes à mener pour doubler le chiffre d'affaires de l'industrie d’assurance dans les 5 ans à venir.                                                                                                                                       Après l’ouverture solennelle de cette première édition, les travaux se sont poursuivis à l’Hôtel Ruhuka.