Réunion à l’endroit des coordonnateurs des projets finances par la Banque Mondiale.

Son Excellence Monsieur le Ministre des Finances du Budget et de la Planification Economique a tenu une réunion à l’endroit des coordonnateurs des projets financés par la Banque Mondiale au Burundi ce jeudi, le 01 avril 2021. L’objectif de cette réunion était de s’en rendre compte et d’analyser l’état d’avancement de ces projets.

La Banque Mondiale finance  des projets dont les activités contribuent à la  relance de la croissance économique, la réduction du  taux de pauvreté, le renforcement des capacités, amélioration de l’inclusion sociale notamment dans les secteurs d’agriculture, de développement communautaire, de l’éducation, d’électricité, de la santé, du transport, etc.

Par ailleurs, parmi les 14 projets financés par la Banque Mondiale, quatre (4)  projets ont été classé à risque avec un taux de  25 % du portefeuille. Il s’agit du projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l’Efficacité Gouvernementale(PRCIEG) ,le Projet de Développement Local pour l’Emploi (PDLE), le Projet d’Appui à l’Amélioration de la Productivité et de la Compétitivité du Secteur Café au Burundi (PACSC) et le Projet Hydroélectrique Jiji Mulembwe.  

Par ailleurs, les différentes raisons du faible taux de décaissement  avancées par les coordonnateurs de ces quatre projets étaient notamment (i)les problèmes de gestion, (ii)les dépenses inéligibles, (iii)changement du cadrage institutionnel du projet qui cause l’arrêt de certaines composantes, (iv)Problème d’accéder aux données qui provoque la  non atteinte des objectifs,(v) le niveau de financement des différentes composantes du projet sur lesquelles l’exécution débute pour prendre l’élan proprement dit, (vi)le problème au niveau du suivi des indicateurs  par les structures bénéficiaires.

Son Excellence Monsieur le Ministre des finances a recommandé aux coordonnateurs de ces projets de produire une note qui démontre clairement la situation de chaque projet, les problèmes  rencontrés  et de proposer les pistes de solution pour ces derniers, à  faire la planification des activités tout en montrant clairement leur cheminement y compris une annexe des engagements et décaissements.

Il a été également indiqué que ces derniers doivent informer le Ministère ayant les finances dans ses attributions à propos de  tout défi et de toute demande des non objections.